vipassana

Vipassana

Deux­ième expéri­ence d’un court séjour de médi­ta­tion dans le Noble Silence.

Cela con­siste en une retraite médi­ta­tive de dix jours dans le silence com­plet : c’est une expéri­ence qui s’assimile au quo­ti­di­en de la vie monas­tique, sans aucun rit­uel religieux quel qu’il soit.

L’expérience se veut laïque dans un cadre de con­duite rigoureux.

L’amplitude jour­nal­ière est très dense (04h – 21h) mais lapra­tique médi­ta­tive développe nos ressources.

Ma première expérience Vipassana vécue s’est déroulé en 2012 au Sri Lanka.

Je me sou­viens bien qu’à ce temps-là, mon corps me fai­sait extrême­ment souf­frir, mon men­tal vagabondait de pen­sée en pen­sée. Tou­jours est-il que je me suis autorisé à vivre cette expéri­ence jusqu’au bout mal­gré les dif­fi­cultés ren­con­trées et que cela o ouvert de nou­velles voies d’exploration.

A ce jour, cette deux­ième retraite médi­ta­tive vécue en Suisse m’a per­mis de faire mon­ter mon taux vibra­toire très haut : l’énergie du lieu et l’intensité des pra­tiques y con­tribuent évidem­ment.

Les con­di­tions de vie du cen­tre et la tech­nique de pra­tique offrent à tout Être la pos­si­bil­ité de l’exploration de Soi dans les détails, pour ne pas dire micro­scopique.

De là, notre fréquence vibra­toire peut s’élever et c’est ain­si que j’ai vécu et sen­ti inten­sé­ment la com­pas­sion et l’Amour incon­di­tion­nel me rem­plir.

Les servant(e)s qui sont sur place sont des anciens élèves bénév­oles qui offrent de leur per­son­ne pour per­me­t­tre aux actuels élèves de vivre la retraite le plus agréable­ment pos­si­ble, pour se con­cen­tr­er sur la tech­nique et la pra­tique.

C’est un lieu de partage où l’on ne demande rien, si ce n’est d’adhérer au règle­ment intérieur (vous restez libres de rompre l’engagement et de vous en allez si cela vous est trop incon­fort­able).

Grâce à ces cen­tres Vipas­sana et ces retraites, beau­coup de per­son­nes redé­cou­vrent le lien fon­da­men­tal qui les unit à la Vie, ne serait-ce que par le fait de respir­er en toute con­science.

Puis couche après couche, on retire les cara­paces, les boucliers, les bar­rières, les nœuds, les ten­sions …… puis l’énergie pri­mor­diale du cœur s’exprime pour se dif­fuser dans cha­cune de nos cel­lules, jusqu’à irradier au-delà de notre pro­pre corps physique.

Bien­v­enue sur la voie du Dham­ma !

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *